#VIE_DE_MAMAN : Bientôt la reprise..

Aujourd’hui, Vendredi 13 Mars 2020, je prends conscience que.. mon congé parental touche bientôt à sa finPremière journée d’adaptation pour mon fils, chez la nounou.. Je profite de ce temps pour écrire cette « lettre« .

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

« Lettre à… moi-même »

StockSnap_6MXV3V5XMD

Depuis ce moment, ce moment où ton monde a été chambouler, où ton monde a été émerveiller, par l’arrivée de « ton précieux« , depuis sa naissance… Les jours, les semaines, les mois défilent à toute vitesse. Alors tu essaies, du mieux que tu peux de profiter au maximum, de chaque moment qui passe, de profiter davantage chaque jour, pour garder en mémoire les plus beaux moments de ta vie, qui ne seront que des souvenirs dans quelques petites semaines… Parce que oui… La fin de ton congé maternité approche, et tu vas devoir (normalement) te séparer de ton petit être. Mais tu ne te sens pas prête, c’est impensable pour toi, et tu y a déjà réfléchis, tu souhaites le prolonger avec un congé parental de 6 mois. Six petits mois de plus, pour profiter de ton bébé, être avec lui au quotidien et le voir évoluer à tes côtés.

Alors oui, au début tu doutes de l’acceptation de ce congé auprès de ton employeur, car tu n’as plus les un an d’ancienneté dans ta boîte mais tu y crois, dur comme fer, tu t’imagines, rester avec lui. Et coup de chance, ton employeur accepte et te voilà à pouvoir profiter de ton petit bébé, pendant 6 mois. 6 mois de plus.

Six mois de plus à ses côtés, où tu vas pouvoir PROFITER! Être là pour lui, à ses côtés, dans tout ses progrès, ses évolutions, ses premières fois… Six moi, où vous allez une nouvelle fois, pouvoir ne former « qu’un ». Où il sera à tes côtés tous les jours, où tu l’emmèneras avec toi : PARTOUT. Parce que ce petit-être, c’est TOUTE TA VIE. La merveille de ton monde, TON PRÉCIEUX. Même si il te fera te lever la nuit, parfois pour plusieurs heures car il aura rater un cycle de sommeil et te fera attendre au moins 50 minutes et parfois plus, à le bercer, le prendre dans tes bras… Six mois où tu vivras avec lui chaque moment de sa vie.

Puis.. aujourd’hui te voilà à nouveau face à cette réalité imminenteCe congé parental de 6 mois que tu as prisva déjà toucher à sa fin. Il va se terminer et pourtant.. Tu n’as pas l’impression d’être totalement prête [Et je te rassure, c’est normal]. Six mois qui sont passés à une vitesse folle, six mois que tu n’as pas l’impression d’avoir vu défiler. Tu trouvais déjà que la vie passait à une vitesse folle avant, mais depuis que tu es devenue Maman, ça va 1000 fois plus vite.

Aujourd’hui, Vendredi 13 Mars [Oui, tu as bien choisi ma date] ton fils va pour la première fois chez la nounou, c’est sa période d’adaptation. Tu vas devoir le déposer vers 9 h et tu iras le rechercher vers 11 h. Tu redoutes ce moment, mais pourtant.. Il le faut. Alors tu essayes de rester positive et de te dire que ça ira, qu’il sera bien là bas, entourer d’autres enfants..

Nous y sommes.. Vendredi 13 Mars. 8h00, ton fils se réveille, son papa va le chercher et te le déposes dans le lit, c’est l’un de tes derniers matins avec lui comme ça, parce que tu le sais.. Dans une semaine, tu reprends la route du travail.. Et tu ne te sens toujours pas prête. Alors tu profites un maximum de ses moments avec lui, tu le couvres de bisous, de câlins, tu en profites pour immortaliser ses derniers moments, en faisant des photos de vous. Puis… il faut se lever, et le préparer pour sa première journée d’adaptation. Tu t’amuses avec lui puis.. tu lui donnes son biberon, le laisse à nouveau jouer pendant que c’est toi qui te prépares. Puis une fois prête, tu l’emmènes dans sa chambre, pour le changer, byebye le pyjama, bonjour la petite tenue. Des petites photos à nouveau, pour se souvenir de ce jour. Et hop, on prends les affaires pour la nounou, le sac à langer, et en voiture! C’est parti…

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

– « Lettre à… mon bébé » –

StockSnap_HQ5SZSNJZ4

9h00 – Nous sommes chez la nounou. Par chance, aujourd’hui avec toi, il y a un petit garçon, âgé d’un mois de plus que toi. Tu vas pouvoir jouer avec lui. Je te dépose dans la salle de jeux, à côté de lui. Et c’est amusant de vous regarder, il est très attiré par toi, et te touche. Toi de ton côté, tu es très observateur de ce nouveau monde qui t’entoure, de cette pièce que tu ne connais pas encore, et de ses gens qui ne te sont pas familier. Tu rencontres une nouvelle fois, ta nounou. Celle qui s’occupera de toi, chaque jour, quand Maman et papa iront travailler. Puis ses enfants sont là aussi pour t’accueillir. L’environnement est plaisant, tu as l’air de te sentir bien. Alors, je m’éclipse tout doucement et sans un bruit… Et me voilà à franchir le seuil de la porte pour venir te rechercher dans quelques petites heures.

9h20 – Je rentre à la maison, seule, sans toi. Tu n’imagines pas à quel point, c’est bizarre.. Sur la route, je regardais dans le rétroviseur mais ne te voyais pas derrière mois. En rentrant, je n’ai pas eu à aller te chercher dans ton siège auto pour que tu rentres avec moi.. La maison est tellement calme.. Il n’y a aucun bruit. Je n’entends pas tes petits gazouillis.. Et c’est tellement « mort »… Aucun bruit. Je compte les heures qui me sépare de toi. Et j’en profite pour venir écrire cet article, parce que ça m’occupe, mais aussi et surtout parce que ça me libère. Je crois que c’est important de poser des mots sur tout ce que je ressens, tout ce que je vis, à cet instant T.

Je dois t’avouer que je me sens un peu perdue, et que tu me manques déjà terriblement. C’est dingue, Léo, cette place que tu as pris dans ma vie. Elle n’existe plus sans toi, c’est IMPOSSIBLE. Tu es mon petit rayon de soleil. Ma vie est tellement belle et agréable à tes côtés. C’est vrai que parfois, j’ai besoin de ne pas t’avoir dans les bras, pour pouvoir m’occuper des différentes tâches de la maison, de mes articles de blog, où toutes autres choses. Mais, mes moments avec toi, sont les plus mère-veilleux. Aujourd’hui, quand je me retrouve loin de toi, uniquement pour deux petites heures pourtant.. Et bien, je crois que je prend conscience des choses.. Je me rend compte réellement que mon congé parental va prendre fin.. Je me rend compte que je vais devoir, moi aussi, apprendre à me séparer de toi. Et peut-être que ça sera plus difficile pour moi, finalement. J’ai l’impression de ne pas avoir assez profiter, pourtant je sais que j’ai fait du mieux que je peux, que j’ai passé la majeure et plus grande partie de mon temps avec toi, que mon rythme de vie était le tien. Mais j’ai tout de même l’impression d’avoir manquer de temps, pour profiter encore plus de toi. Tu me manques.. Tu me manques tellement. Alors que ça ne fait que quelques minutes que je ne suis plus près de toi.

Il est bientôt 11h00 – L’heure pour moi d’aller te rechercher.

… 

Je t’ai récupéré, tu es de nouveau proche de moi, à mes côtés. Et quel bonheur de te sentir près de moi, d’avoir ton odeur, tes petits gazouillis et voir tes petits sourires. Je dois t’avouer que je suis un peu partagée.. Quand j’ai sonné chez la nounou, et qu’elle a ouvert la porte, tu avais tes petits yeux tout rouges, j’ai de suite su que tu avais pleurer et t’ai immédiatement repris dans mes bras. La nounou m’a alors expliquer comment s’était passer ta petite matinée, tes deux petites heures. J’ai beau être parti, discrètement, m’être éclipser pendant que tu découvrais ton nouveau monde. Deux minutes à peine après que je sois partie.. Tu pleurais. Ca me fend le coeur d’écrire ça, de savoir ça.. Tu as dû avoir l’impression que je t’abandonnais, alors que ça n’était pas du tout le cas.. J’essaye juste de nous habituer petit à petit, à ce nouveau rythme que l’on va devoir prendre.. Une partie de moi est quand même « contente » (si on peut dire ça comme ça) de savoir que ça t’a aussi fait quelque chose d’être loin de moi, que je t’ai manqué, que ma présence te rassure et que tu te sentais un peu perdu, face à ses personnes, sans moi. Mais.. sache mon amour que moi aussi, ça m’a fait bizarre de te laisser, que je suis sentie perdue et que tu m’as terriblement manquer.

C’est étrange comme sensation, parce que.. J’ai déjà su te laisser avec mes parents, tes grands-parents, et bien que j’ai ressenti un petit manque les premières fois, j’étais sereine, et tu l’étais aussi. Il n’y a jamais eu de larmes de séparation, rien du tout. Je savais automatiquement que tu allais bien et que tu jouais avec ton papy & ta mamie. Aujourd’hui c’est différent, je t’ai peut-être laisser à une inconnue, mais elle ne sera plus par la suite, c’est une nouvelle personne qui entre dans ta vie mon amour.. Pour t’accompagner dans tes futurs progrès, s’occuper de toi… 

Je sais qu’il te reste encore deux jours d’adaptation. Deux jours où la séparation sera plus longue, mais c’est pour t’habituer, petit à petit… à te retrouver et surtout à ME retrouver loin de toi. A ne plus être ensemble H24. Mais tu sais.. Je vais être honnête avec toi, Je ne me sens toujours pas prête.

Pas prête à retourner travailler à temps plein, pas prête à intégrer une nouvelle routine pour toute la famille… Parce que j’aimais tellement ses moments, j’aimais tellement nos moments.. Notre petite routine depuis… ta naissance. Pas prête à replonger dans un métier qui me plaisait et m’animait pourtant avant. Pas prête à passer à une cohabitation, à ne te voir que quelques petites heures le soir, et parfois pas.. Puisque… avec mes horaires je rentrerais parfois quand tu dormiras… à avoir un week-end sur deux à tes côtés. Même si je le sais, je vais avoir des jours de repos, et je pourrais être à tes côtés toute une journée, souvent deux d’affilés même. C’est le point positif qu’il faut que je retienne, tous les jours ne seront pas les mêmes, j’aurais mes repos à tes côtés. Même si je pense que ce métier, n’est vraiment pas un métier pour une bonne vie de famille.

Mais surtout, SURTOUT… Je ne suis pas prête à TE laisser, à te confier, à celle que tu appelleras certainement « nounou« . Cette femme qui m’est encore quelque peu « inconnu« . Je ne suis pas prête du tout, à te confier, toi, mon petit-être si précieux, à une assistante maternelle,une autre femme que moi. Qui sera témoin de toutes tes nouvelles premières fois.. 

J’appréhende déjà tellement, ce premier jour, où je vais devoir te laisser chez elle, pour prendre le chemin du travail, où je vais devoir partir sans me retourner, pour ne pas voir ton visage peut-être en larmes, mais surtout, pour ne pas te montrer le mien.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

A toutes ses femmes, ses mamans qui s’apprête à vivre ses changements et à moi-même [par la même occasion]. J’aimerais te dire que : « ça va aller« . Que c’est une nouvelle étape à franchir, un petit moment difficile à passer mais tu vas t’adapter à ces changements comme tu l’as toujours fait pour les changements précédents. Oui, parce que tu es forte! Et que toi comme ton petit, vous serez à la hauteur. Vous aurez cette force tout les deux.

Et rappelles toi, rappelles toi surtout que..
Si tu as trouvé tout ses premiers moments « magiques »
au cours de ses derniers mois.
Les prochains ne t’en paraîtront que plus précieux. 

Bon courage pour ta reprise, bon retour au travail. 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Et vous, comment s’est passé votre
retour au travail?

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

RETROUVEZ-MOI SUR:

logo-facebook-makemyutopia-com logo-instagram-makemyutopia-com logo-twitter-makemyutopia

Pauline - Makemyutopia²

2 commentaires sur « #VIE_DE_MAMAN : Bientôt la reprise.. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s